Réussir la diversification alimentaire de son bébé : les premiers pas de 4 à 9 mois

Que l’on est opté pour un allaitement maternelle ou au biberon, la question de la diversification alimentaire se pose de la même manière pour toutes les jeunes mamans : quand et comment introduire les aliments solides au sein de l’alimentation exclusivement lactée de mon enfant ? Comment l’amener à accepter ces nouvelles saveurs afin de le conduire vers une alimentation diversifiée et équilibrée ?

Slider_Petits_Pots

Quand commencer ?

La diversification alimentaire doit commencer entre 4 et 6 mois en fonction de l’appétence de votre nourrisson et de vos envies. Commencer plus tôt favorise le risque de développer des allergies alimentaires, débuter plus tard rend plus difficile le passage du liquide au solide.

Malgré l’introduction des aliments solides, le lait, maternelle ou infantile, doit rester à hauteur de 500ml par jour. Ces quantités doivent être adaptées aux besoins et aux demandes du bébé. N’oublions pas qu’un enfant est capable de se réguler à la calorie prêt et que chaque nourrisson à des besoins spécifiques. Laissez le vous guider vers son équilibre. S’il termine ses biberons pendant une semaine, n’hésitez pas à augmenter la quantité de lait de 30ml par biberon.

Par quels aliments commencer ?

Il est préférable d’introduire les légumes avant les fruits, les papilles de bébé étant naturellement plus réceptives aux saveurs sucrées qui risquent donc de reléguer les légumes au second plan. Après une à deux semaines, l’idéal est d’associer les deux (légumes au déjeuner et fruits au gouter par exemple). Ne désespérez pas si votre nourrisson ne semble pas apprécier ces nouvelles saveurs, la nouveauté n’est pas toujours synonyme d’entrain mais peut également suscité des réticences. Armez vous de patience afin de proposer chaque aliment au minimum 5 fois afin de la classer dans la catégorie des dégouts alimentaires de votre enfant. Puis réessayez quelques mois plus tard. A cet âge votre enfant est en perpétuel changement et ses gouts également.

Privilégiez les fruits et légumes bios et bien mures, plus digestes pour le tube digestif encore immature de votre bébé. De la même manière, n’hésitez pas à allonger les temps de cuisson afin de faciliter la digestion. La cuisson vapeur, notamment à l’aide d’un baby cook, est à privilégier car elle permet de conserver un maximum de vitamines et minéraux.

Afin d’optimiser votre temps passé en cuisine, optez pour la surgélation de vos petits pots maisons (de préférence en verre).

Inutile à cet âge de surexciter les papilles gustatives par l’ajout de sel et autres agents de saveurs. Laissez bébé profiter pleinement des saveurs brutes des végétaux afin de développer son palais.

De 4 à 6 mois : les premiers pas vers la découverte de nouvelles saveurs

Les purées et compotes doivent être très bien mixées (texture lisse) et allongées avec de l’eau ou du lait afin de faciliter leur appréciation par bébé

Exemple de journée type :

  • Petit déjeuner : 1 biberon de lait 1er âge ou une tétée
  • Déjeuner : 60g de purée de légumes verts tendres comme les haricots verts, les épinards ou les brocolis (pas de féculents type pomme de terre, patate douce, riz… ) + 1 biberon de lait
  • Goûter : 1/2 fruit cuit bien mixé (pas de fruits rouges ou de fruits exotiques, trop allergisants) + 1 biberon de lait
  • Dîner : 1 biberon de lait

Quelques astuces pour réussir cette entrée en matière : si bébé refuse la cuillère, vous pouvez mélanger quelques cuillères de purée ou de compote bien lisses dans son biberon en augmentant progressivement les quantités. Il est préférable d’introduire les fruits et légumes un par un afin que bébé puisse découvrir distinctement chaque nouvelle saveur.

De 6 à 9 mois : de l’introduction à la diversification 

Les féculents dont les pommes de terre, les protéines (viande, poisson et oeuf) ainsi que les herbes aromatiques (thym, estragon, persil,…) entrent en scène.

La texture reste lisse mais un peu plus épaisse en fonction des goûts de bébé. Vous pouvez proposer un peu d’eau à votre enfant entre les repas ou la nuit afin de supprimer le biberon nocturne s’il est toujours présent.

Exemple d’une journée type :

  • Petit-déjeuner : un biberon de lait deuxième âge ou une tétée
  • 200g de purée de légumes mélangés avec un féculent (pomme de terre ou patate douce) avec 1 cuillère à soupe rase de protéine type poisson, viande ou oeuf dur avec 1 cuillère à café d’huile végétale (en privilégiant les huiles d’olive et de colza) ou de beurre doux + 1 biberon de lait 2ème âge
  • Goûter : 1 fruit cuit bien mixé + 1 biberon de lait 2ème âge OU 1 yaourt nature OU 2 petit suisse natures
  • Dîner : 1 biberon de lait 2ème âge éventuellement additionné d’une à deux doses de céréales bios

OU 100g de purée de légume et pomme de terre + 1 biberon de lait 2ème âge

Astuce : n’hésitez pas à ajouter une à deux doses de céréales dans les biberons des bébés sujets aux reflux afin d’épaissir le lait (particulièrement dans le biberon du dîner).

Pour la poursuite d’une diversification réussie, rendez-vous dans un prochain article !

Publicités

Ouverture d’un deuxième lieu de consultation

Dès le 1er septembre, les consultations de diététique des lundi et mardi auront lieu au Cabinet Batignolles-Nollet situé à deux pas du Cabinet Lecomte, au 116 rue Nollet dans le 17ème. Les consultations des mercredi, jeudi et samedi auront toujours lieu au Cabinet Lecomte.

Comme d’habitude, vous recevrez un SMS indiquant le lieu de votre consultation avant chaque rendez-vous.

Le cabinet Batignolles-Nollet est un nouvel espace de soin ou exercent médecin généraliste, psychiatre, ostéopathe, diététicienne et orthoptiste.

Je vous souhaite une bonne rentrée !

Publication d’un nouveau livre : Mon programme minceur, menus, recettes et conseils équilibrés pour toute l’année

Dans ce livre, vous trouverez des menus, recettes et conseils pour équilibrer votre alimentation en fonction des saisons. Adoptez une alimentation légère tout en respectant l’environnement pour y puiser le meilleur dans la durée, voici la promesse que cet ouvrage renferme !

Vous le trouverez en suivant ce lien : ICI

9791032300831FS

 » Face à la profusion d’informations et de régimes qui souvent se contredisent, on se retrouve vite perdu quand on cherche à prendre soin de sa ligne. Et s’il était temps d’admettre que l’unique méthode miracle reposait sur les principes originels de l’équilibre alimentaire ? Apéritifs, entrées, plats, desserts : découvrez dans ce livre 40 recettes légères mais savoureuses, ainsi que des conseils et menus types pour bien les associer et ne jamais se lasser. Suivez ce guide pour retrouver votre ligne en même temps que le plaisir des papilles ! « 

Faire les bons choix à la crêperie

Fleuron de la gastronomie bretonne, les crêpes ont investi les cuisine de France, du nord au sud. Plat chéri des enfants, les crêpes ont aussi convaincu leurs parents. Conviviales, chaleureuses, rapides et économiques, les soirées crêpes se font la part belle lors des dimanches en famille ou des repas entre amis.

Seule ombre au tableau : leur mauvaise réputation nutritionnelle. A tort ou à raison, tout dépend de la garniture que vous choisissez.

Crepes-sucrees_zoom.jpg

Alors pour ne garder que le meilleur de ce plat fard, suivez le guide :

  • Privilégiez les recettes de pâtes simples : farine, oeuf, lait, jus et zeste de citron, vanille, fleur d’oranger et évitez l’ajout de bière, rhum, sucre et matières grasses
  • Limitez-vous à 2 ou 3 crêpes afin d’éviter la surcharge en farine à l’origine d’un excès de glucides complexes sur le repas entraînant une sensation de lourdeur en fin de repas : 1 salée et 1 sucrée
  • Evitez les garnitures de charcuterie
  • Privilégiez les garnitures plus légères : légumes type épinard, jambon blanc, oeufs, bacon, viande des grisons, viande de boeuf hachée, saumon frais ou fumé,…
  • Limitez le fromage à 1 portion par crêpe (soit 1/8 de camembert ou 2 cuillères à soupe d’emmental râpé ou de parmesan)
  • Privilégiez les fameuses crêpes au sucre, à la confiture ou à la compote, à leurs consoeurs plus riches (caramel, chantilly ou associées à des boules de glaces)
  • À la maison, huilez légèrement la casserole à l’aide d’un sopalain ou utilisez une poêle anti-adhésive
  • À la crêperie, demandez au cuisinier de ne pas ajouter de noix de beurre au moment de servir

Et pensez à investir dans un appareil à crêpes afin d’inviter la convivialité à table tout en invitant les enfants à participer eux-mêmes à la préparation de leur repas !

930960630.jpg

La bonne idée végétale : les carpaccios de légumes

Les carpaccios se déclinent en version végétale. Les légumes se substituent au boeuf et au poisson cru pour nous délivrer tous leurs bienfaits dans leur version crue, épargnée des pertes vitaminiques causées par la cuisson.

Vive-le-carpaccio-de-legumes.jpg

Ces carpaccios se partagent à l’apéritif pour une note gourmande et légère ou en entrée, pour un début de repas coloré, croquant et plein de saveurs. 

Si les assaisonnements sont multiples, l’ustensile de base reste le même : une mandoline (ou un couteau aiguisé dans une main habile).

Les légumes les plus souvent utilisés en carpaccios sont les concombres, les courgettes, les radis roses et noirs, les fenouils, les navets ou encore les tomates. N’hésitez pas à sauter l’étape épluchage pour un légume qui croque sous la dent et qui a conservé tous ses minéraux naturellement présents dans la peau. Privilégiez les légumes bios afin de ne garder que les meilleurs : les minéraux sans les pesticides. 

carpaccio-carre-site_1.jpg

A vous de varier les plaisirs en essayant différentes associations pour des assiettes graphiques et savoureuses.

Les assaisonnements sont multiples : citron, poivre, sel, herbes type ciboulette ou persil, huile de sésame, d’olive ou même de truffe, vinaigre, copeaux de parmesan, fruits frais type pomme acide… Faites confiance à votre intuition riche de vos expériences culinaires.

Associés à de la viande ou du poisson cru, ils représentent un plat principal équilibré et plein de saveurs.

Vous l’aurez compris, rapides, sains et savoureux, ces carpaccios ont toutes les qualités pour se faire la part belle au sein de vos habitudes alimentaires !

Les verrines sucrées, la bonne idée pour des desserts légers et gourmands

Recevoir des invités quand on est vigilant à son alimentation peut vite devenir un vrai casse tête, tout particulièrement lors du choix du dessert. Comment faire plaisir à ses proches tout en faisant attention à sa ligne ? Faire le choix des verrines sucrées permet de concilier ces deux objectifs. Pratiques, rapides, jolies, légères et gourmandes, elles satisferont les attentes de tout le monde!

Il existe de multiples déclinaisons de verrines alors laissez aller votre imagination autour des fruits et laitages associés à une touche de croustillant apportée par des biscuits secs en quantité modérée.

Voici un exemple de verrines sucrées à réaliser en moins de cinq minutes avec quelques indispensables de votre réfrigérateur.

IMG_3940

INGRÉDIENTS POUR UNE VERRINE SUCRÉE

  • 100g de fromage blanc de 0 à 20% OU 1 yaourt nature OU 1 yaourt au lait de chèvre ou de brebis demi-écrémé
  • 2 biscuits secs type Petit Lu OU sablés bretons OU spéculos
  • 100g de fruits frais : mangue ET/OU ananas ET/OU pomme ET/OU abricots ET/OU fruits rouges frais ou surgelés etc…
  • +/- 1 carré de chocolat
  • +/- menthe OU coriandre fraîche
  • +/- 1 cuillère à café de cassonade OU de sirop d’agave
  • Poivre

PRÉPARATION

  • Émietter les biscuits secs
  •  Dans un bol, mélanger le fromage blanc ou le yaourt avec le sucre ou le sirop d’agave
  • Laver les fruits et découper les en cubes
  • Ciseler la menthe ou la coriandre
  • Dans la verrine, tapisser le fond avec les biscuits secs écrasés puis ajouter le laitage puis les fruits et enfin la menthe
  • Déposer le carré de chocolat noir coupé en 2 à 4 morceaux
  • Poivrer légèrement
  • Déguster

ASTUCES : Préparer votre verrine au dernier moment afin que les biscuits ne ramollissent pas et conservent tout leur croquant